Vestibulite et diagnostic : des consultations déprimantes pour les patientes

La vestibulite, appelée désormais vestibulodynie, est une vraie calamité maladie encore peu connue des gens mais aussi du corps médical. Par conséquent, les consultations chez le gynécologue pour avoir un diagnostic peuvent parfois être drôles (ou pas !) en plus de revenir cher en fonction du spécialiste.

En réalité les consultations sont loin d’être drôles, on n’en rit qu’en pleurant et je dirais même qu’elles constituent un véritable calvaire. Pourquoi ? Car dans la plupart des cas, le médecin ou le gynécologue ne sait pas ce qu’on a et pire encore, il sort un « c’est dans la tête » tranquille… comme si tu inventais toutes tes douleurs. Censés pourtant être à l’écoute de tes soucis et vouloir t’aider, certains gynécologues n’adoptent tout simplement pas la bonne attitude face à la vestibulite.

Une femme atteinte de vestibulite mettrait environ 5 à 6 ans avant d’être diagnostiquée. Pour ma part, mon diagnostic est tombé 2 ans après les premiers symptômes. J’ai consulté 5 médecins la 1ère année, mais j’ai abandonné par la suite avant de consulter un dernier médecin à la fin de la 2ème année. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne garde pas de bons souvenirs de ces gynécologues !

  • La fois où elle m’a envoyé balader

Toute première consultation et toute première visite chez le gynécologue, je redoutais cet instant. Entre l’anxiété face à mes symptômes et l’appréhension d’une première visite, je n’étais clairement pas à l’aise mais cette gynécologue n’avait pas l’air de vraiment s’en soucier. Elle m’a à peine adressé la parole, a introduit la sonde sans aucune douceur et après quelques secondes, m’a dit « il n’y a rien, je ne vois rien… vous pouvez vous rhabiller ».

Ok… merci? Et merci aussi pour la facture de 92€… Guand j’ai demandé ce qu’elle propose comme solution, elle a haussé les épaules et m’a simplement dit d’aller voir un autre spécialiste. On ne va pas se mentir, elle n’avait pas que ça à faire.

giphy3

  • La fois où j’ai fondu en larmes sans qu’il ne bouge d’un cil

 Globalement, tous les médecins que j’avais consultés avant le diagnostic tant espéré de la vestibulite n’ont pas été d’une grande efficacité. Mais le palme du pire médecin revient à celui que j’ai été voir il y a quelques mois. Partie pour lui demander de me prescrire une séance de relaxation périnéale, il m’a répondu le plus simplement du monde :

– « ah je ne connais pas de professionnel qui pourrait faire ça »

C’est bizarre mais tu peux chercher au moins chercher une alternative pour mon problème ! Je le regarde et il me dit:

– « me regardez pas comme ça, je peux pas trouver une solution comme ça sur le coup ! »

Il croise ses bras et me demande pourquoi je ne vais pas retourner voir ma gynéco. Je lui explique que j’ai changé de ville depuis et que ce n’est possible dans l’immédiat. Ce à quoi il me répond:

– « ben je peux rien faire pour vous… sinon cherchez un gynéco ici ». Je lui réponds alors que je n’en ai absolument pas envie car j’en ai consulté pas mal mais beaucoup me disent juste que c’est psychologique.

Et c’est LA phrase qui me fait beaucoup de peine. Je me suis mise à pleurer comme une petite fille de 5 ans à qui on a volé son cadeau de Noël, mais le charmant médecin est resté de marbre et n’a quand même pas daigné chercher une solution. Par contre il n’a pas hésité une seconde à me réclamer l’argent!

giphy2

Le but de cet article n’est pas de me plaindre, mais de mettre en lumière une réalité : les gynécologues et les médecins généralistes n’adoptent pas toujours la bonne attitude face à la vestibulite et autres maladies de ce genre.

Non ce n’est pas « dans notre tête », oui c’est grave pour nous et ok les médecins voient défiler, soit les rhumes banales, soit les pires cas, mais c’est aussi LEUR métier de rassurer chacun, peu importe la gravité de ses symptômes !

Dans les maladies comme la vestibulite, et dans beaucoup de maladies d’ailleurs, la souffrance psychologique est importante et les médecins devraient pouvoir au moins écouter à défaut de pouvoir faire un diagnostic juste.

Publicités

2 commentaires sur “Vestibulite et diagnostic : des consultations déprimantes pour les patientes

Ajouter un commentaire

  1. Effectivement, la phrase de « c’est psychologique » fait beaucoup de mal. Comme je l’ai déjà dit, j’ai été voir un seul gynécologue (pour le moment, je ne vais pas abandonner encore xD). Je stressais, c’était la première fois, et bon dieu je n’ai que 19 ans xD

    Je me souviens qu’une amie m’avait dit beaucoup de bien de ce médecin, bien que me prévenant de son côté froid. Je lui explique que je n’arrive pas à avoir des rapports sexuels avec mon copain.
    A peine à poil, qu’il commence à appuyer pile à l’endroit où j’ai mal. Immédiatement je me contracte et serre les dents pour ne pas me plaindre. Voilà ce qu’il me répond: « Mademoiselle, j’ai à peine commencé, détendez vous sinon je ne peux rien faire. » J’ai envie de lui hurler de se mettre à ma place mais je souffle tremblotante. J’ai mal et j’ai envie de pleurer mais je le laisse faire. Bien sûr, le speculum me fait un mal de fou, mais une fois rentré tout va bien, ce qu’il remarque immédiatement, le ponctuant avec un « regardez, vous voyez bien que c’est rentré ». Comment lui expliquer que le pénis de mon copain ne peut pas se contorsionner dans un tel angle pour ne pas appuyer sur mon vestibule ? xD Durant l’inspection il ne voit rien et me le répète plusieurs fois, et quand j’insiste il me dit qu’à la rigueur il détecte une petite rougeur à l’entrée. Il me demande si on m’a forcé pour mes rapports sexuels et je sais immédiatement ce qu’il pense. Patiente, je lui explique que j’ai eu cette douleur avant même mes rapports, et même certaines fois en dehors de tout contact. Il hoche de la tête mais j’ai l’impression qu’il ne m’écoute pas. Ce qui se confirme à la fin de la consultation où il me prescrit une crème cicatrisante pour mon irritation et où il me dit que je dois apprendre à me « détendre ». Je lui serre la main avec un grand sourire mais dès que la porte se referme, je fonds en larme et ça ne s’arrêtera que plusieurs heures plus tard. Ce médecin m’a véritablement fait mal, mais je ne lui en veux pas, il n’a pas voulu être méchant, il était simplement de l’ancienne école et ne connaissait pas cette maladie :/

    J'aime

    1. C’est triste de lire ça.
      Certains médecins n’ont plus beaucoup d’empathie à force de recevoir des patients. Pourtant ils doivent aussi rassurer et mettre à l’aise, ça fait partie de la prise en charge.
      S’il a vu une rougeur, pourquoi n’a-t-il pas réagit ? Bien sûr, ce n’est pas normal…:/
      Une crème cicatrisante peut toujours t’aider. Elle permet de réparer un peu la peau, de lui redonner du tonus et, même si ce n’est pas son rôle premier, elle permet aussi d’hydrater dans une moindre mesure. Et l’hydratation est super importante dans le cas d’une vestibulite. Il s’agit de quelle crème ?
      Bon courage à toi !!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :